Sport et dialyse : un équilibre possible ?

Bienvenue

Sport et dialyse : un équilibre possible ?

Qui êtes-vous ?
Je suis Damien, j’ai 40 ans, 18 ans de dialyse; 40 ans de maladie néphrologique… et en pleine forme !

Comment gérez-vous votre traitement ?
Mon traitement est intégré à ma vie professionnelle, personnelle et familiale.
La dialyse, la maladie et les médicaments font partie de ma vie.

Quels sont les impacts de la maladie sur votre quotidien ?
Au début il y en avait.
Aujourd’hui: c’est une routine, une habitude de devoir dialyser.
Je ne me pose pas la question de ce que je ferais sans.
C’est une habitude qui gène personne.

Quels sont vos rapports avec l’ALTIR ?
Même si c’est un peu moins vrai aujourd’hui l’ALTIR offre un accueil amical.
On se connait tous entre personnel et dialysés.
J’y ressens de la bienveillance contrairement aux hôpitaux où vous êtes un numéro: on fait attention à nous.
Il n’y a pas de tabou, pas de non-dit.
Je m’y sens bien; Je n’ai pas d’appréhension.
La relation est particulière comparée à celle des autres services médicaux.

Quelle importance accordez-vous à l’alimentation ?
Ca fait partie du traitement.
Pour l’avoir compris un peu tard j’ai toujours été sensibilisé à l’alimentation.
Au même titre qu’un diabétique doit éviter le sucre, mieux on s’alimente plus la dialyse sera efficace et moins le corps s’abime.

Quelle importance accordez-vous à l’activité physique ?
Une grande importance puisque le corps est une machine: il faut l’entretenir.
Faire de l’activité physique permet de diminuer les risques cardio-vasculaires et de limiter la prise de poids entre 2 séances.
L’activité physique me permet d’évacuer les tensions.

Pourquoi ce choix de réaliser un trail ?
Grâce à mon beau-frère qui à 38 ans s’est lancé dans le trail.
Je suis allé le voir dans les courses et j’étais admiratif et je pensais que pour moi ce n’était pas possible.
Il nous a offert à ma femme et moi 1 mois dans une salle de sport et l’idée a été d’aller plus loin!
« Si j’arrive à faire 1 km ce sera beau » Puis on se prend vite au jeu…
C’est dans ma nature: lorsqu’on me lance un défi j’essaie de le relever.
Le défi: je l’ai intégré dès l’âge de 3 jours car il fallait me battre pour vivre.

Quels bénéfices ressentez-vous ?
De manière globale je me sens beaucoup mieux, moins fatigué. Je dors mieux, je régule mieux ma tension et mon rythme cardiaque.
Je me sens beaucoup mieux dans l’effort physique quotidien: je monte les escaliers plus facilement par exemple.
Moralement et mentalement je suis mieux, plus détendu, libéré des tensions.

Quelles difficultés sont présentes ?
La seule contrainte par rapport à la dialyse est que je suis obligé de trouver les bons créneaux horaires. Donc je planifie mes entrainements.
La seule difficulté est de se dépasser.
Au niveau alimentaire: la difficulté est de ne pas faire trop d’excès tout en étant non frustré.

Alors… heureux ?
Oui !
Car c’est un sentiment de fierté à chaque fois que je réussis une performance physique; C’est très gratifiant.
Dimanche j’ai couru 8 km et j’ai fait le bilan: je ressens toujours une amélioration et l’envie d’aller plus loin… un sentiment d’être comme tout le monde.

Un grand merci à Damien pour cette interview qui fut pour moi un très beau moment de partage.
Propos recueillis par Laure, diététicienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *