L’ingéniosité de Jacqueline au service des patients

Bienvenue

L’ingéniosité de Jacqueline au service des patients

Sur les hauteurs de Cornimont, dans un des appartements du château, cela fait bientôt 4 mois que Georges effectue sa dialyse péritonéale, avec la précieuse collaboration de Jacqueline, son épouse. Celle-ci, qui se plait à être au service des autres, prend son rôle très à coeur et vient de concevoir un étui, destiné à recevoir et à ranger la ligne de dialyse.

Nous partageons avec vous la rencontre avec ce couple jovial et accueillant.

Nous sommes attendus dans la chaleur de leur foyer. Le café qui arrive tout chaud dans nos tasses, et le kougelhopf tout frais, qui a été fait expressément pour nous, en sont la preuve.  La conversation va bon train, il y a les échanges de pot de confiture avec l’infirmière qui nous accompagne, puis quelques recettes dont on dévoile le secret…De son côté, Georges est heureux de partager avec nous la grande fête que ses enfants, famille et amis viennent de lui offrir pour ses 80 ans. L’album photo se déroule, la vie de Georges défile : l’enfance sous les obus, la jeunesse en Algérie, la rencontre coup de foudre avec Jacqueline, son travail d’ouvrier à l’usine Peugeot de Sochaux, l’arrivée des enfants, les copains, les promenades, la retraite…..Tout est là sous nos yeux et dans les yeux de Georges, un concentré d’émotions.

Et puis il y a quelques années, un diabète qui s’installe, les reins qui trinquent….L’hiver dernier, le passage en dialyse s’impose.

Aujourd’hui tout va bien. Je suis vraiment content, nous confie Georges, on en oublierait presque la dialyse ! J’ai repris mes activités, je suis un homme d’extérieur, toujours avec marteau ou tronçonneuse en main, je bricole beaucoup, ou alors je vais me promener…Dans le jardin aussi, il y a toujours à faire, l’agenda est saturé….il parait que c’est la retraite qui veut ça!  J’ai même pu aller quelques jours chez mes enfants. Pour la dialyse, tout s’est bien organisé, j’étais ravi et eux aussi. Par contre, je n’ai pas encore osé reprendre la piscine. J’ai su nager seulement une fois que j’ai été en retraite, j’adore ça, vraiment. Et aujourd’hui, ça me manque beaucoup.

L’heure de procéder au changement de poche est arrivée, on distribue les masques et nous observons Jacqueline à l’oeuvre. C’est en venant régulièrement sur notre site de Vandoeuvre, pour apprendre à effectuer les soins nécessaires à son mari, qu’elle a eu l’idée de créer son étui.

Quand les échanges de poches étaient finis, je trouvais que la ligne “pendouillait”, il y avait là quelque chose à faire. Très vite, elle imagine alors quelque chose de fonctionnel, facile à poser. A cela, elle s’impose d’autres exigences : qu’il n’y ait pas de gêne pour le patient, que le tuyau s’insère facilement sans être coudé, que le système ne soit pas encombrant et qu’il demande un minimum de scotch pour être maintenu, il faut aussi trouver une matière qui respecte l’hygiène, facilement lavable….Réflexion après réflexion, elle se crée  un véritable cahier des charges et conçoit alors un étui en coton de 9,5 X 9,5 cm, surmonté d’une bande de 3,5 cm sur laquelle viendra adhérer le collant qui le maintiendra à la peau.

Georges se prête au jeu, après avoir servi de cobaye, il sert de mannequin. L’idée est ingénieuse et se répand dans les locaux de la consultation. Jacqueline se met à l’ouvrage, elle fournit alors plusieurs exemplaires de son invention à l’équipe infirmière qui ainsi, peut en faire bénéficier d’autres patients.

Mais Jacqueline est bien déterminée à ne pas en rester là…“Je viens de faire un autre modèle, avec une bande de soutien moins large, comme cela, il faut encore moins d’adhésif.  C’est vrai qu’il faut aussi penser aux gens allergiques, qui ne peuvent pas être en contact permanent avec du collant…ou encore les gens poilus, chez qui aucun scotch ne tient…Je pense que je vais faire un système de boutonnière, cela créera deux fentes dans la bande  de maintien et on pourra y glisser un lacet, un lien…ou faire un passant pour avoir la possibilité d’y mettre une ceinture.” A peine quelques minutes pour le dire, elle se lève, ouvre une boite où une multitude de pièces prédécoupées attendent d’être travaillées et avec une paire de ciseaux, elle créé deux fentes pour tester sa dernière idée…

L’invention de Jacqueline est simple mais elle rend déjà de multiples services. Et ils sont nombreux et doués nos patients et leurs familles à trouver des adaptations pratiques qui facilitent leur quotidien et leur confort !

Petit cours d’informatique avant de quitter Jacqueline et Georges sous la pluie battante d’un violent orage.  Le suivi par télémédecine a apporté son lot de modernité. L’ordinateur fourni prenait trop de place alors ils ont fait le choix de faire leur propre acquisition : un portable ultra plat. Ils en sont aux prémisses et nous les assistons dans la découverte de leur messagerie électronique….Mais aujourd’hui, ce sont véritablement eux qui ont pris soin de nous : nos sacs sont lourds, remplis de gâteaux et de verrines de confiture…