Mathis... victoire d'une grossesse à hauts risques en dialyse !

Quand on rencontre Flavie, pétillante jeune femme, on est loin d’imaginer le parcours semé d’embûches qu’a vécu cette sympathique trentenaire. Insuffisante rénale depuis l'enfance, greffée, puis dialysée depuis 2012, Flavie s'est lancée dans l'aventure de la maternité. En mars, après huit mois d'une grossesse sous haute surveillance en hémodialyse, elle a mis au monde le petit Mathis….

Du côté des équipes médicales et paramédicales de l'Altir, cette expérience a laissé une tension encore palpable. Dès le départ, ils savaient à quel point mener une grossesse en dialyse était particulièrement risqué....d'autant que les anciennes situations du même type, déjà vécues au sein de l'association, n'ont pas toujours connu d'issue joyeuse. 

Au détour d’une rencontre, Flavie et quelques soignants se confient à nous et nous revisitons ensemble cette belle et difficile histoire...

Lire la suite...

Première greffe de rein ABO incompatible au CHU de Nancy pour Jean-Claude, patient de l'Altir

La "greffe ABO incompatible" est une greffe rénale entre un receveur et un donneur vivant dont le groupe sanguin est incompatible et entrainerait, en cas de transplantation, un rejet aigu du rein greffé. Les personnes du groupe O sont les seuls à pouvoir donner du sang ou un organe à un patient d’un autre groupe.

Il existe 4 groupes sanguins (A, B, AB, O), définis en fonction de l’antigène présent sur les globules rouges ; par exemple, le groupe AB possède les 2 antigènes (A et B) et le groupe O n’en possède pas.  Cet antigène est également présent dans la paroi interne des vaisseaux sanguins et dans les cellules rénales. En contre partie, toute personne possède dans son sang des anticorps dirigés contre l’antigène qui diffère du sien. Ainsi, le groupe O qui n’a aucun antigène, possède des anticorps anti A et anti B et ne peut recevoir que un organe O. La greffe d’un rein ABO incompatible entraine une occlusion des vaisseaux et à une nécrose de l’organe.

Lire la suite...

Une greffe à 15946 kms de chez moi....

Vaitea nous reçoit dans son studio, dans le quartier Canal-Meurthe, non loin du centre ville de Nancy. Le ventilateur tourne à pleine vitesse, il fait lourd et le thermomètre dépasse les 30°C. Par la fenêtre : ni océan,  ni arbre fruitier, juste un immeuble qui masque un autre immeuble... Il occupe ce logement depuis 11 mois. Déjà 11 mois, qu'il a quitté Tahiti, son île natale, pour poser ses valises à Nancy, dans l'espoir d'un appel prochain à une greffe de rein.

Lire la suite...

L'ingéniosité de Jacqueline au service des patients

 

Sur les hauteurs de Cornimont, dans un des appartements du château, cela fait bientôt 4 mois que Georges effectue sa dialyse péritonéale, avec la précieuse collaboration de Jacqueline, son épouse. Celle-ci, qui se plait à être au service des autres, prend son rôle très à coeur et vient de concevoir un étui, destiné à recevoir et à ranger la ligne de dialyse.

Nous partageons avec vous la rencontre avec ce couple jovial et accueillant.

Lire la suite...

L'Altir relève le défi turc !

Année 2011 chahutée pour Elif (notre photo). En janvier, la mise en dialyse est réalisée en urgence sur cathéter. Les séances sont difficiles, mal supportées. En février, des infirmières libérales sont formées par l'Altir pour prendre en charge le traitement à domicile d'Elif par dialyse péritonéale cette fois. Tout va alors très vite et début mars, elle peut être chez elle et recevoir ses soins.

Un mois plus tard, accompagnée de son mari lors d'une consultation, elle annonce au médecin son souhait de partir en Turquie, comme chaque année pour les mois d'été. Son état de santé est à peine stabilisé...mais les billets d'avion sont pratiquement réservés et le départ est imminent. Le challenge est lancé et toute une équipe se mobilise pour que le projet d'Elif aboutisse dans les meilleures conditions.

Lire la suite...