Nouveaux murs pour l'Altir Saint Dié

Début avril 2016, le centre d'autodialyse Altir de Saint Dié a poussé ses murs.

Depuis janvier 1997, les patients d'autodialyse étaient hébergés dans un bâtiment du centre hospitalier, dans un lieu peu commun puisqu'il s'agissait d'une ancienne chapelle. D'ailleurs, la présence de l'ancien confessionnal dans la salle de dialyse continuait de faire sourire les visiteurs....

 Aujourd'hui, la page est tournée. Les besoins ont évolué et une forte demande sur le secteur a amené l'Altir à lancer ce projet de changement de locaux afin de pouvoir s'étendre.

Et cette fois, l'Altir est sortie de l'enceinte hospitalière tout en se positionnant dans un voisinage très proche puisqu'elle intègre aujourd'hui des locaux ayant abrité la blanchisserie, puis, plus récemment les services techniques d'une entreprise de travaux publics.

Après quelques 15 mois de travaux, nécessaires à convertir les 700m2 du local en établissement de santé, en y installant tous les équipements utiles à l'hémodialyse, le résultat est à la hauteur des attentes. Ainsi le 6 avril, les patients d'autodialyse ont pu poser leurs valises dans les nouveaux locaux et intégrer leur nouvel espace de soins. Pièces de soins spacieuses, des zones de stockage, un lieu dédié aux repas, zone d'attente...tout a été pensé pour un lieu de vie plus confortable. 

La nouveauté est prévue dans un second temps, puisque début mai, une activité de dialyse médicalisée télésurveillée va voir le jour. Huit lits supplémentaires ont en effet été créés dans ce but et dès la première séance, les huit lits seront occupés par des patients non autonomes, domiciliés dans le secteur mais tenus jusqu'alors de faire les trajets tous les deux jours vers Nancy pour se faire soigner. L'Unité de Dialyse Médicalisée répond bel et bien à un souhait de proximité et elle sera équipée d'un système de télésurveillance qui permet de suivre médicalement les patients à distance.