Bientraitance au coeur du débat !

Le 23 novembre 2017 s'est déroulée dans les locaux de l'ALTIR la seconde édition de la réunion multi-sites. L'objectif de cette journée est de privilégier un espace de rencontre entre tous les professionnels paramédicaux des différents centres de Lorraine de l’ALTIR. Cette année, les soignants étaient invités à mener une réflexion autour de la Bientraitance. A cette occasion, il était demandé aux équipes de venir exposer le fruit de leurs recherches ou même de leurs représentations autour de cette notion éthique, sous le format de leur choix. Le sujet intéressait au delà des personnels paramédicaux, puisque des salariés d'autres secteurs d'activité sont venus assister aux échanges, ainsi que les représentants d'usagers.

Elvire Willaume, directrice des soins, a introduit le débat en faisant un parallèle entre la définition de la Bientraitance donnée par la Haute Autorité de Santé et les valeurs de l'association ALTIR. Puis, faisant référence à Walter Hesbeen, elle a énoncé les 8 qualités nécessaires pour être bientraitant : chaleur - écoute - disponibilité - simplicité - humilité - authenticité - humour - compassion, annonçant au passage sa certitude que les soignants de l'Altir répondent en écho à ces pré requis par des attitudes bienveillantes. 

Ensuite, les diverses présentations se sont enchainées. L'équipe de Verdun s'est mise en situation en offrant un sketch plein d'humour, mimant un patient arrivant pour sa séance de dialyse et abordant au passage la notion essentielle de l'accueil et de l'accompagnement personnalisé. La seconde équipe meusienne a mis en avant la parole des patients. Ceux-ci étaient conviés à donner leur point de vue sur le sujet, le tout retransmis en images. 

En Moselle, pour le travail demandé, l'équipe est partie de la problématique rencontrée dans leur zone géographique : 20% de leurs patients sont étrangers et ne comprennent pas notre langue, entrainant des difficultés de communication importante. Impuissants et soumis à certaines situations de soins, ceux-ci deviennent vulnérables. Une vigilance accrue doit alors être de mise face à cette relation soignant/soigné perturbée.

Le site de Champelle a présenté un court métrage rassemblant des interviews de patients, se prêtant au jeu face à la caméra des journalistes d'un jour.  Enfin, au siège ALTIR Vandoeuvre, une enquête anonyme a été menée de front auprès des patients et des soignants. Ce questionnaire interrogeait sur la définition de la Bientraitance, l'expérience et les situations vécues, les axes d'amélioration proposés. 

 La mise en commun de toutes ces interventions a permis de faire ressortir plusieurs éléments. Aux yeux des patients, la Bientraitance passe par l'accueil, la disponibilité et l'écoute des soignants. Les équipes paramédicales, quant à elles, ont apprécié la remise en cause occasionnée par le travail demandé, se sentent majoritairement bientraitants et mettent en avant le manque de temps qui pourrait à la longue être un risque pour la prise en charge des patients.

Les représentants d'usagers ont pris la parole, soulignant au passage une différence d'approche entre les équipes paramédicales et médicales, et ont précisé que la Bientraitance est intimement liée à l'environnement global du patient. Confort, hygiène, attente, organisation...forment un tout qui contribue à l'ambiance dans laquelle les soignants et les patients évoluent.

Nelly Castin, directrice de l'ALTIR, a conclu cette journée et remercié tous les participants autour d'un goûter convivial.